Circa Waves – La Flèche D’Or (Paris) – 21 avril 2015

Nous sommes stupéfaits par la capacité qu’a la Grande Bretagne d’engendrer des groupes de rock de qualité. La relève des Arctic Monkeys est assurée. Voilà un jeune groupe, Circa Waves, qui n’en est qu’à son premier album (Young Chaser), et qui déborde de vitalité, nous entrainant dans leur danse frénétique, avec justement la même frénésie que les Arctic Monkeys dans leurs premières années.

On dirait qu’ils carburent aux amphétamines, pour reprendre un vieux cliché. Ce n’est pourtant qu’un petit groupe à l’échelle de la Grande-Bretagne, et ils satisfont nos oreilles avec un rock mélodique et énergique, une musique de bon aloi, sans faute de goût, sans morceau lent non plus, une musique basée sur les guitares qui jouent en son clair, sans dérive vers le hard rock, juste ce qu’il faut pour nous faire vibrer. Certes, ils manquent encore de maturité et leurs chansons n’ont pas le niveau de celles de Franz Ferdinand et des frères Gallagher, mais des petits groupes comme celui-là on en voudrait tous les jours, et ils dépassent d’une bonne tête leurs homogues français. Leur set a l’évidence pop et la fougue du rock’n’roll.

Nous avons vu un groupe de jeunes (ils se sont formés en 2013) pour un public jeune, comme nous n’espérions plus en voir, dans une petite salle parisienne excentrée (Porte de Bagnolet) qui a été par le passé le théatre de riches effusions musicales, et qui malgré les changements de dirigeants est à la pointe de l’actualité et plus rock que jamais. Nous avons trouvé ce que nous cherchions dans les concerts parisiens et c’est à la Flèche d’Or que nous le devons.Nous allons à l’avenir surveiller cette salle de près. A noter que le groupe de première partie, Sundara Karma, n’est pas dégeu nons plus et ne nous a pas ennuyé, loin de là.

Patrick Kuriakine

Paul Weller – le Bataclan – 08 avril 2015

Paul Weller est toujours dans la course. Contrairement à des groupes de sa génération, il ne fait pas du passé un fonds de commerce et n’exploite pas la légende du rock.

Sur scène, pas de Best Of, comme dans le cas des Stranglers ou de Stiff Little Fingers. Non, il ne reprend aucun titre de The Jam ou de Style Council. Son répertoire lors de ce concert couvre sa carrière solo, avec des titres d’il y a 15 ans comme Friday Street et Peacock Suit. Pas de nostalgie, Paul Weller continue à avancer et à composer, comme en témoignent les deux chansons extraites de son nouvel album. Pas non plus d’orchestre à cordes (certains pourront trouver cela dommage) comme il a pu le faire à Londres mais un groupe efficace et des instrumentistes brillants, en particulier le guitariste soliste. Ce groupe donne une cohérence à un set plutôt diversifié : Paul Weller change de style à chaque nouvelle chanson et pourtant ça ne part pas dans tous les sens. Le son est résolument rock, même lorsqu’il se risque au reggae sur un titre où lorsqu’il abandonne sa guitare pour passer au piano électrique. On le préfère en tant que guitariste, mais ce n’est pas désagréable et plus pêchu que Style Council. Question chant, il est crédible en chanteur de soul, ce qu’il est devenu depuis le dernier album de The Jam et surtout depuis la reprise du Move On Up de Curtis Mayfield, sorti en single à l’époque.

On est en présence d’un cas particulier du rock british : celui d’un artiste qui est toujours vert malgré le temps qui passe et qui se renouvelle en conservant une énergie étonnante. Pas de temps mort entre les morceaux qui s’enchainent implacablement, juste le temps de changer de guitare et ça part ! Tout est en place, les musiciens sont impeccables et il n’y a pas une erreur en deux heures de concert. Il a du en falloir du travail pour préparer ce show !

On passe durant le set du groove funk 70’s au rock furieux, il n’y a pas de ballade, seulement un titre où Paulo joue de la guitare sèche. Le son est compact, le volume est un poil trop fort, notament sur les morceaux les plus rock où l’on s’approche d’AC/DC dans le son de guitare, et cela ajouté au chant de Weller donne une couleur orangée au répertoire et met en relief le côté charnel de cette musique.

Le public de Paul Weller est un public de connaisseurs, qui après le concert discutaient âprement de ce qu’ils avaient vu et entendu. Même sur les réseaux sociaux les gens commentaient ce show au Bataclan et les avis sont partagés, entre anciens fans de The Jam qui regrettent cette période et inconditionnels du personnage qui acceptent tout sans discuter. Il est clair que l’on a affaire à un grand bonhomme qui mérite le respect pour son itinéraire musical et la qualtité de ses compositions.

Ce n’est pas sans émotion que nous avons suivi ce concert, certain de vivre un moment rare d’un artiste qui est toujours d’actualité.

Patrick Kuriakine