Paul Weller – le Bataclan – 08 avril 2015

Paul Weller est toujours dans la course. Contrairement à des groupes de sa génération, il ne fait pas du passé un fonds de commerce et n’exploite pas la légende du rock.

Sur scène, pas de Best Of, comme dans le cas des Stranglers ou de Stiff Little Fingers. Non, il ne reprend aucun titre de The Jam ou de Style Council. Son répertoire lors de ce concert couvre sa carrière solo, avec des titres d’il y a 15 ans comme Friday Street et Peacock Suit. Pas de nostalgie, Paul Weller continue à avancer et à composer, comme en témoignent les deux chansons extraites de son nouvel album. Pas non plus d’orchestre à cordes (certains pourront trouver cela dommage) comme il a pu le faire à Londres mais un groupe efficace et des instrumentistes brillants, en particulier le guitariste soliste. Ce groupe donne une cohérence à un set plutôt diversifié : Paul Weller change de style à chaque nouvelle chanson et pourtant ça ne part pas dans tous les sens. Le son est résolument rock, même lorsqu’il se risque au reggae sur un titre où lorsqu’il abandonne sa guitare pour passer au piano électrique. On le préfère en tant que guitariste, mais ce n’est pas désagréable et plus pêchu que Style Council. Question chant, il est crédible en chanteur de soul, ce qu’il est devenu depuis le dernier album de The Jam et surtout depuis la reprise du Move On Up de Curtis Mayfield, sorti en single à l’époque.

On est en présence d’un cas particulier du rock british : celui d’un artiste qui est toujours vert malgré le temps qui passe et qui se renouvelle en conservant une énergie étonnante. Pas de temps mort entre les morceaux qui s’enchainent implacablement, juste le temps de changer de guitare et ça part ! Tout est en place, les musiciens sont impeccables et il n’y a pas une erreur en deux heures de concert. Il a du en falloir du travail pour préparer ce show !

On passe durant le set du groove funk 70’s au rock furieux, il n’y a pas de ballade, seulement un titre où Paulo joue de la guitare sèche. Le son est compact, le volume est un poil trop fort, notament sur les morceaux les plus rock où l’on s’approche d’AC/DC dans le son de guitare, et cela ajouté au chant de Weller donne une couleur orangée au répertoire et met en relief le côté charnel de cette musique.

Le public de Paul Weller est un public de connaisseurs, qui après le concert discutaient âprement de ce qu’ils avaient vu et entendu. Même sur les réseaux sociaux les gens commentaient ce show au Bataclan et les avis sont partagés, entre anciens fans de The Jam qui regrettent cette période et inconditionnels du personnage qui acceptent tout sans discuter. Il est clair que l’on a affaire à un grand bonhomme qui mérite le respect pour son itinéraire musical et la qualtité de ses compositions.

Ce n’est pas sans émotion que nous avons suivi ce concert, certain de vivre un moment rare d’un artiste qui est toujours d’actualité.

Deportivo – La Maroquinerie (Paris-Ménilmontant) – 13 mars 2015

Deportivo fêtait ses dix ans d’activité sonore par une tournée française qui se terminait à Paris par ce concert à la Maroquinerie. On peut s’interroger sur le choix de cette petite salle de Ménilmontant pour un grand nom du rock français. Deux ans après l’album Domino il n’y avait pas de promo à faire, mais le groupe a manifestement voulu créer un évènement pour le public, ce soir-là enthousiaste et acquis au groupe dont il connaissait les chansons par cœur. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas constaté une telle ambiance festive lors d’un concert rock à Paris. Les fans du groupe se sont apparement mobilisés pour ne pas rater cette soirée. Le public a même envahi la scène, provoquant une interruption du spectacle (quelqu’un a débranché le guitariste).

Deportivo est une valeur sûre du rock, sa collaboration avec le breton Miossec a établi un pont entre rock et chanson francophone, avec laquelle le groupe nous a réconcilié par ses textes et son chant, comme l’avaient fait avant eux Louise Attaque, et dix ans après ses débuts il se pose comme une évidence d’un calendrier rock qui manque un peu de renouvellement, car on a assisté cette saison à des retours de groupes âgés plus qu’à une effervescence de nouveaux groupes.

On regrettera cependant la ressemblance trop importante entre les différents titres du set de ce soir, qui commençait par 1000 Moi-Même, et aussi le passage à vide de la partie chantée en anglais qui ne rend pas justice à leur talent, manifeste au début et à la fin du concert. Car Déportivo brille par ses compositions que vous avez forcément entendu au cours des années 2000, même si vous écoutiez à l’époque autre chose que du rock, ce qu’on vous pardonne. En effet les chansons du groupe ont largement été diffusées sur les radios FM, qui annonçaient ce concert parisien.

Les quelques spectateurs présents ont pu bénéficier d’un show énergique et chaleureux, dans la bonne humeur, de la part d’artistes que l’on s’attendrait à voir jouer dans une grande salle, qui, nous leur souhaitons, sera plus approprié à leurs futurs passages dans la capitale. En tout cas, si pour eux le succès va et vient, décrivant un parcours en dents de scie ces dix dernières années, ils méritent amplement les grandes audiences. Rappelons qu’en 2014 ils avaient joué à la Cigale. Nous avons eu beaucoup de chance de les voir dans un si petit lieu. Nous pourrons dire : « nous y étions ».

Frànçois & The Atlas Mountains – ECLA – 24 janvier 2015

Nous avons été déconcertés et agréablement surpris par leur album « Piano Ombre » et nous avons eu envie d’en savoir plus en allant les voir en live. Nous avons pu nous rendre compte de ce que ce groupe, car c’est un groupe, donne sur scène.

Comme chaque année, L’ECLA, MJC de St-Cloud, participe au festival Träce de l’association Réseau 92, festival dispersé sur les salles du département des Hauts De Seine. La salle est petite (environ 300 places) mais agréable et la scène est grande et pas trop haute. Ce lieu est facilement accessible en transports en commun, alors n’hésitez plus à aller en banlieue.

Sur cette scène se produisaient ce soir-là Frànçois & the Atlas Mountains pour la dernière date de leur tournée, et ils nous ont présenté un avant-goût de leur prochain EP, qu’ils viennent d’enregistrer. Nous allons faire un bilan de cette soirée, qui comporte du positif et du négatif. Les points positifs sont que le chant du leader François est musical, bien que peu naturel et sonne inhabituel à nos oreilles. Il utilise sa voix comme un instrument et le résultat est agréable. C’est assez radical par rapport à ce que nous connaissons de la chanson française, et cela ne sonne jamais variété. Frànçois & The Atlas Mountains est bien un groupe pop qui s’exprime en français. Autre point fort : le groupe défriche de nouveaux territoires et s’ouvre à de multiples influences.

Le négatif, c’est que le set est plutôt hétéroclite, passant de chansons courtes et évidentes comme  La Vérité à des plages instrumentales souvent longues. L’influence des musiques africaines est plus flagrante que sur disque où elle se fait discrète. Là sont présents deux instruments traditionnels, le balafon et la kora, joués par deux musiciens originaires du Burkina Faso. Hélas les bonnes intentions, si elles sont louables, tournent court et cela ressemble à des bœufs interminables. La sauce ne prend pas car la rythmique ne groove pas : le batteur et le bassiste ont un jeu lourd qui ne convient pas aux musiques africaines et qui fait sonner l’ensemble comme de la techno trans (oui, nous avons trainé nos guêtres dans des soirées techno !) ce qui est le summum de la rigidité et de l’absence de swing par ses batteries martiales et binaires au-delà de ce qui se fait en rock.

Bref le show est décevant par rapport à ce que nous avions entendu sur disque et, si on est dans un univers très personnel et original, le spectateur a tendance à s’ennuyer. Une soirée mi-figue, mi-raisin où nous avons souvent eu envie d’aller au bar.

Pigalle – Flip Grater

Pigalle est le nom de l’album, choisi en référence au studio Pigalle, situé à Paris dans le quartier du même nom, où il a été enregistré par une équipe locale. Ce quartier est visité par tous les touristes étrangers et participe de l’image de la capitale. Quand on est Parisien on se demande un peu pour quelle raison, tant il est peu attrayant, mais c’est comme ça.

La chanteuse Néo-Zélandaise Flip Grater, qui doit son pseudonyme au héros du feuilleton Flipper le dauphin, a donc posé ses valises à Paris et elle y a enregistré ce bel album, à la fois acoustique et électrifié, qui prend l’auditeur par surprise. Cette artiste, qui en est à son quatrième opus, gagne avec celui-ci la reconnaissance de la presse et du public : en effet, elle a eu droit à une interview dans le quotidien Libération et à un article dans les Inrocks, et son disque est entré dans les charts US. Il faut dire qu’il y a de quoi : son folk est attachant et sa voix distille une mélancolie douce-amère, dans une atmosphère décrivant ce qu’elle a ressenti lors de ses promenades dans la capitale. C’est donc un carnet d’impressions et de ressenti, une forte charge émotionnelle qu’elle a voulu retranscrire dans ces onze titres.

Il est appréciable de voir ce début de reconnaissance pour une artiste sur laquelle nous avons craqué. Nous ne sommes pas les seuls, ce qui nous rassure, nous qui avons parfois l’impression de lutter dans notre coin pour des musiques de qualité, nous sommes cette fois en phase avec le reste du monde et cela fait du bien au moral.

L’album commence tout en douceur avec The Quit, ballade sur une trame de guitare sèche. Puis on passe à plus d’électricité et de noirceur avec Diggin’ For The Devil, très fort, c’est le titre le plus intense de l’album. Moins sombre, Exit Sign est quand même électrifié. On passe ensuite au kitsch d’Hide and Seek, une valse au piano accompagnée de trompette, amusante sans plus. On revient ensuite à une ballade, Hymns, où les arpèges de guitare sèche sont enrichis de licks de guitare électrique. Même orchestration pour Justin Was A Junkie, une histoire poignante. On enchaine avec My Only Doll, aux accords de guitare électrique, puis on revient à l’acoustique sur les titres qui suivent, Marry Me et The Safety Of The Lights. Sur The Smell Of Strangers on retrouve une batterie et une contrebasse, dont on avait presque oublié l’absence sur le reste de l’album tant il est porté par la voix de Flip Grater. On termine par un duo avec Nicolas Ker, To The Devil, sorte de friandise ou de bonus track, comme on dit en anglais.

Bref cet album est attachant, dépouillé dans ses orchestrations, et la magie opère, même sur des morceaux avec pour seul accompagnement une guitare sèche. On se laisse prendre par l’ambiance et cette voix chaude et envoûtante qui à elle seule rend ce disque captivant.

Peckinpah – le Chinois (Montreuil, 93) – 06 décembre 2014

Rendez-vous au Chinois, sympathique petite salle de concert de Montreuil, pour une soirée DJ avec en ouverture à 20H un concert du groupe parisien Peckinpah. Nous laisserons de côté les DJ disco pour nous concentrer sur le groupe qui a délivré ce soir-là un excellent concert.

Peckinpah se présente comme un groupe de psyché-rock, influencé par des groupes des années soixiante-dix comme Neu, Harmonia ou encore Amon Duul II, et aussi par les riffs des Stooges. La démarche est osée, et s’adresse à-priori à des connaisseurs. Il s’agit tout simplement de bon rock, le groupe ayant digéré ses influences et le côté psyché s’est estompé par rapport à leur premier EP qui évoquait surtout les Doors, et le son s’est durci, en particulier au niveau de la guitare, qui est parfois très seventies, mais qui ne se perd plus dans des envolées psychédéliques qui ont disparu au profit d’une formule plus concise. Les claviers sont présents sur tous les morceaux et ils sont bien intégrés à l’ensemble. Le groupe, que nous voyions sur scène pour la deuxième fois, a gagné en maturité et en efficacité, nous surprenant par sa prestation. Le nouveau répertoire correspond à leur deuxième EP et nous tenons là tout simplement un bon groupe de rock actuel, original et agréable à écouter, et qui gagne à être connu. Les époques se télescopent et les seventies rejoignent les années 2010. Nous retournerons les voir lors de leur prochain passage à Paris.

Stiff Little Fingers – le Batofar ( Paris 13è) – 28 novembre 2014

Ce soir-là la petite péniche qu’est le Batofar affichait « complet » , ce qui ne manqua pas de nous surprendre. En effet, vu l’affluence aux concerts punks depuis un an que nous les couvrons pour votre webzine préféré, nous ne nous attendions pas à un tel succès. Stiif Little Fingers connu son heure de gloire au début des années quatre-vingt, et ne devint pas aussi célèbre que son cousin londonien de Clash, qui les a inspiré (c’est Deep Purple qui les a incités à monter un groupe) et dont la musique est très proche (du moins celle des deux premiers albums de Clash). Le groupe reconnait cette influence et rend hommage sur scène au leader du Clash Joe Strummer, en l’honneur de qui ils ont composés une chanson.

Ce qui impressionne chez ce groupe qui donne des concerts depuis 1977, c’est qu’il n’y a pas de baisse de forme et la voix du leader Jake Burns est intacte, pour notre plus grand régal. Seul rescapé de la formation initiale avec le bassiste Alie Mac Mordie, il dirige son monde, introduit les chansons par un commentaire assez long et prend les soli de guitare. Pour décrire leur set, nous dirons qu’il s’agit de punk mélodique, drivé par une voix remarquable et qui est loin des braillards que nous avons pu entendre autrefois. Ce set est plus efficace et percutant que celui de leurs ex-complices de XSLF (l’autre moitié du groupe initial) et ils jouent tous leurs titres phares y compris la reprise du titre du groupe de ska The Specials, It Doesn’t Make It Allright, et terminant le show par Alternative Ulster. Ce concert fut un reflet fidèle du début des années quatre- vingt, où le rock rencontrait le reggae et le ska sans perdre son énergie. Une époque que le public, vu la moyenne d’âge, avait du connaitre !

Car Stiff Little Fingers est connu aussi bien des fans de rock que les fans de ska et ils nous rappellent de bons souvenirs. Courez en profiter tant qu’ils sont en vie, car ils commencent à être agés et si nous avons eu la chance de voir un concert de Joe Strummer à Paris c’était une chance justement !

De tels concerts resteront gravés dans notre mémoire.

Peter Hook And The Light – La Machine Du Moulin Rouge – 07 Octobre 2014

Lorsque nous avons appris par une amie de Montpellier que Peter Hook avait ressorti sa basse et cessé de se produire en tant que DJ pour reprendre la route des salles de concert avec un groupe, nous avons bondi de joie.

En effet, le Monsieur est l’un des bassistes les plus inventifs du rock anglais et ses groupes Joy Division et New Order ont marqué l’histoire de la musique. On pouvait s’attendre à une soirée exceptionnelle. C’est donc le cœur empli d’espérance que nous nous  sommes dirigés vers La Machine Du Moulin Rouge, salle de concert parisienne où il y a le plus long bar de toute la capitale, et qui a pris la place un peu brutalement de la légendaire salle de la Locomotive. Eh bien pendant le concert le bar était vide, un signe qui ne trompe pas. Tout le monde était captivé par le groupe qui se produisait sur scène.

Il faut dire qu’il y avait de quoi : un répertoire composé de reprises de Joy Division , plus de trente ans après le décès du chanteur Ian Curtis auquel Peter Hook rend un hommage évident. Peter Hook entretient la légende de ce groupe majeur de la fin des 70’s  et assure le service après-vente en signant livre sur livre à défaut d’enregistrer de nouveaux disques. La formation qui l’accompagne reproduit fidèlement les morceaux du groupe de Manchester  et permet à Peter Hook de chanter, ce qui est une grande nouveauté, et parfois de jouer de la basse, car, comme sur disque, il y a deux basses, son fils Jake tenant l’instrument et Peter intervenant lors de trop rares instants. Hélas pour les admirateurs de son jeu mélodique et décomplexé, il joue entre les passages chantés et pourrait faire mille fois mieux que ce que nous avons entendu, même si la prestation délivrée tient la route. Ce que nous avons vu ce soir-là, c’est plus un chanteur à la voix sépulcrale reproduisant fidèlement les morceaux de Joy Division pour un public qui ne les a pas vus en live qu’un bassiste hors-norme,  et nous réécouterons pour nous consoler les albums de New Order où son talent explose.

The Datsuns – Le Point Ephémère – 03 Novembre 2014

Si l’on m’avait dit un mois plus tôt que j’irais à un concert de Hard Rock, je ne l’aurais pas cru. Il aura fallu un concours de circonstances pour aller voir The Datsuns sur scène au Point Ephémère.

Signe des temps, le groupe néo-zélandais se produit dans cette toute petite salle du Quai De Valmy, comme un groupe débutant, alors qu’on le verrait bien attaquer les grandes salles. Nous ne nous en plaindrons pas : cela nous a permis d’assister au concert dans d’excellentes conditions que nous n’avons pas dans un Zénith par exemple. Nous avons une chance incroyable de les voir dans un tel lieu, même si on s’interroge sur le succès actuel du rock en tant que tel.

The Datsuns se présentent sur scène avec les cheveux longs et des guitares gibson, et un coup d’œil suffit à se dire qu’on va entendre du Hard-Rock. Ce fut le cas du premier quart du concert, mais Dieu merci le chanteur Dolf De Borst ne braille pas, il a une voix agréable, il chante vraiment et on se demande parfois si ce n’est pas plutôt du Stoner que l’on entend. Le groupe fait du rentre-dedans pendant tout le début du concert puis présente un titre de son nouvel album, qui est plus rock’n’roll et moins daté seventies que ce qu’il nous a fait entendre jusqu’à présent. Il est aussi capable de subtilités et est ce soir-là parfois à la limite du psychédélisme. Nous avons droit à de belles envolées de guitare .Nous nous surprenons à plusieurs reprises à penser à Led Zeppelin, dont le bassiste John Paul Jones a produit le deuxième album de The Datsuns.

Il se situent clairement dans une continuité avec une lignée historique de groupes qui les ont précédés sans avoir les clichés et les défauts du genre. Ce groupe n’est jamais lourdingue,et leur boogie est symphatique. Les deux rappels que leur demandèrent ce soir-là le public furent mérités. Cette musqiue plaît, le public était aux anges et nous avons vu un bon groupe de rock, quoique typé.

The Raveonettes  – Cabaret Sauvage (Paris) – 06 novembre 2014

Mon confrère Didier P. du magazine Soul Bag, à qui j’essayais de faire écouter des CD de rock, me disait : « ce n’est pas que ce n’est pas bien, c’est que ça sonne déjà entendu ». Et bien The Raveonettes sont un bon contre-exemple de ce jugement

S’il est vrai qu’un nombre certain de groupes de rock ne font que reprendre les recettes du passé, qui ont prouvé leur efficacité, The Raveonettes innovent et bousculent les codes. Pour qui cherche à entendre une musique originale et d’aujourd’hui, le groupe Danois se pose là pour répondre à leur demande. Ils sont l’antithèse de The Jim Jones Revue qui fait de la good old times music et ils séduisent immédiatement par leur radicalité. Tant pis s’ils se produisent à trois, Sun Rose Wagner au chant et à la guitare, Sharin Foo au chant et à la guitare, plus un nouveau batteur, le reste des instruments (grosse caisse, basse et clavier) étant préenregistrés (en l’occurrence sur un mac book déclenché par le batteur). Malgré ce minimalisme scénique on tombe sous le charme de cette musique qui ne rappelle rien ni personne. Ce groupe apporte un son nouveau et si leur set est un peu figé on en prend plein les oreilles et ont écouté avec le plus grand plaisir ce qu’ils ont à nous délivrer. Après sept albums, le groupe, qui a joué ce soir-là des titres de leur dernier opus Pe’ahl  sorti cet été sur Beat Dies Records, s’impose comme l’un des groupes importants de notre époque.

The Raveonettes, dans la splendide salle du Cabaret Sauvage, perdue dans le parc de laVilette, m’ont donné à voir et à entendre le plus beau concert de l’année 2014. Décidément cette saison s’ouvre sous de bons auspices.

The Primevals – La Java (Paris) – 24 octobre 2014

La Java est un endroit accueillant et convivial, entre République et Ménilmontant, qui, s’étant fait connaitre par des soirées électro, s’est par la suite ouvert à une programmation musicale toujours intéressante et où l’on peut voir bon nombre de vieilles gloires du punk rock.

Ce soir-là c’était le retour du groupe écossais The Primevals, formé en 1983 et qui connu une petite gloire sur le mythique label New Rose. En première partie nous avons pu apprécier The Truthfaith, un groupe high energy qui n’est pas sans rappeler Little Bob Story. Ils ont délivré une prestation sympathique malgré le fait que le batteur soit souvent à côté du beat. Rythmiquement c’était assez laborieux et c’est le chanteur qui sauve l’ensemble. Il est à noter que ce sont eux qui organisent les venues en France de The Primevals, dont c’était le deuxième concert en région parisienne durant ces dernières années.

Ce concert était un concert de vieux ! Sur scène comme dans la salle, la moyenne d’âge était de soixante ans, dommage pour le garage rock vitaminé de The Primevals qui se produit trop rarement dans l’hexagone. Dans les années 80 ils avaient assuré la première partie de Gun Club et de The Saints, excusez du peu.

Une fois de plus je me suis retrouvé à un concert culte, avec une petite centaine de connaisseurs, et je ne le regrette pas, tant cette musique est vivante et énergique (témoin le titre ST Jack et son riff qui marque les mémoires). Mais j’aimerais que ces rendez-vous rock’n’roll attirent plus de public et que les jeunes s’intéressent à ce genre de concerts , ce qui ne semble pas être le cas pour le moment. Avant il y avait les thés dansants, aujourd’hui il y a  les concerts punks à Paris !