Palma Violets – Festival Fnac Live Paris – 18 juillet 2013

L’occasion d’aller écouter Palma Violets était trop belle : un festival gratuit, en plein Paris, juste devant l’hôtel de Ville, par un temps magnifique. Le rock s’écoute-t-il par temps pluvieux ? Non,Non et non, nous ne cultivons pas le spleen et les Palma Violets non plus.

Le début du concert se voulait une entrée fracassante : à notre grand étonnement, le groupe débuta dans un climat garage-rock pas très convaincant. Il fallut attendre qu’ils jouent « Best of friends » pour entendre une mélodie. Tout de suite, ça le faisait mieux. Globalement ce concert ne fut pas complétement décevant, la sauce prenant lorqu’il y a une bonne chanson, et les Palma sont capables d’ écrire des chansons, pas que de faire du boucan. Ils font des efforts pour être bruyant, la basse et la batterie bourrinent, les guitares suivent, le clavier reste étonnement discret. Bref une prestation mi-figue mi raisin, où l’on ne s’ennuie pas, mais où l’on est pas enthousiasmé. Ce jeune groupe ne m’a pas scotché comme l’on fait les ancêtres des Stranglers au printemps 2012 à l’Olympia.

Miles Kane – Festival Fnac Live Paris – 18 juillet 2013

J’étais venu pour les Palma Violets et je suis resté pour Miles Kane. Je ne regrette pas, j’ai été agréablement surpris par le talent du monsieur. Efficace, tel est le mot qui résume ce concert.

Certes, Miles Kane n’a rien inventé, ni le rock anglais, ni les années 60, ni le rythm’n’blues. Mais le dandy mod qui rivalise d’élégance avec Paul Weller sait écrire des pop songs, et la foule reprend en cœur ; ça fonctionne et le public lui réserve un accueil chaleureux. Anciens et nouveaux titres, on ne sent pas la différence et je ne vois pas le temps passer.

Bombay Show Pig – Festival Chorus des Hauts de Seine – 20 avril 2013

La tournée française de Bombay Show Pig débutait par le Festival Chorus des Hauts de Seine, et c’était là l’occasion de voir enfin sur scène ce duo néderlandais improbable, assurant la promo de leur 1er EP français, sorti 5 jours auparavant.

C’est avec quelque inquiétude qu’on se rendait à la Défense ce samedi 20 avril. Et bien, après une heure de retard sur l’horaire annoncé, nous pûmes découvrir cette musique minimale et énergique. Bombay Show Pig fait du rock réduit à sa plus simple expression: une batterie et une guitare, à l’instar des défunts White Stripes. A la différence de ces derniers, les deux musiciens du groupe batave chantent, et ils chantent plutôt bien. On pouvait donc s’attendre à ce que l’exercice du concert soit périlleux : il fallait voir si cette musique qui fonctionne en studio pouvait fonctionner en live. Et bien cela passe la rampe, ça fonctionne bien. le guitariste Mathias Janmaat s’en sort grâce à une pédale de sampling et la batteuse Linda van Leeuwen place ses interventions de synthé sans lâcher le rythme. Les mélodies sont respectées et le minimalisme des moyens n’entache en rien la qualité de leur musique exprimée sur leur album Vulture/ Provider ( qui n’est pas distribué en France pour le moment et disponible pour le lecteur français uniquement sur le site du groupe).

Ce fut un show correct, sans rappel, avec une reprise de Beck, un set électrique, sans les versions acoustiques, où je ne me suis pas ennuyé une seconde, un show vivant (le guitariste saute partout) et un groupe heureux de jouer de la musique, qui sait faire partager sa passion et son énergie. Pour la cinquantaine de spectateurs présents ce soir-là, ce fut un vrai régal.