Luke – la Cigale (Paris) – 09 décembre 2015

Quand on m’a proposé d’aller à un concert de Luke, nous avons d’abord hésité, puis nous nous sommes ravisés car il sort ce mois-ci un nouvel album et c’était l’occasion de faire le point sur le rock français. Car Luke est une figure importante du rock hexagonal, et il draine à ses concerts un public nombreux et passionné.

Et bien, ce que nous avons entendu à la Cigale, c’est un groupe dans la lignée de Noir Désir, dont les guitares sont fortement marquées par le funk, malgré la couche de distorsion qui les recouvre. Les ryhmiques aussi sont groove, et la voix est plus souvent parlée que vraiment chantée. Mais Luke a son style, son chant est original et son timbre de voix passe bien. Quant au répertoire, il y a vraiment deux mondes : d’une part les nouveaux titres, d’autre part les standards comme Soledad qui sont plus rock et moins lourds. Les textes sont impliqués, voir indignés par le monde contemporain tel que le montre la TV. C’est du zapping verbal, et c’est un peu difficile à comprendre, ce qu’on comprend surtout c’est qu’il est révolté par plein de choses, et qu’il est un rebelle. Certains préférons les textes d’Indochine, champion toute catégorie des groupes français, qui est à mille lieues de ce que nous avons entendu à la Cigale. Enfin Luke ne nous convainc pas, ce qu’il joue est sympathique mais pas renversant. Nous ne nous sommes pas ennuyées, mais à aucun moment nous n’avons ressenti un truc qui se passe. C’est un style, mais est-ce encore du rock ?

Patrick Kuriakine