The Sherlocks – l’Olympic Café – 27 septembre 2018

Malgré les fermetures de petites salles survenues cet été, il est toujours possible d’écouter du rock dans la capitale. Nous nous retrouvons ce soir à l’Olympic Café, en plein dans la Goutte D’Or, solution de repli pour les groupes anglais.

Nous vous avons déjà parlé de The Sherlocks, jeune groupe de Sheffield, dont nous avons chroniqué l’album sur ce site. Il faut absolument aller les voir en live ! Même après avoir joué à l’Olympia en ouverture de Liam Gallagher, ils se produisent dans les petits lieux pour notre plus grand bonheur. Nous ne redirons jamais assez que ce groupe est une révélation du rock britannique et que les voir dans un troquet pour 10 euros est une chance qu’il faut saisir. C’est un groupe authentique, sans frime ni concept intello, qui rebat les cartes avec ses compos à la fois speed et hyper-mélodiques. C’est du rock binaire, énergique et qui apporte quelque chose à cette musique avec leurs chansons construites et accrocheuses. Certains disent que tout a déjà été fait. The Sherlocks viennent apporter un démenti à cette attitude blasée. Car ils renouvellent le rock, mine de rien, avec une approche qui est celle de jeunes mecs de 20 ans. Ils ont un sens certain de la scène, comme en témoigne l’intro qui annonce leur entrée, avant que cela démarre sur des chapeaux de roues. Ils nous mettent un claque et rappellent que les britanniques sont bien les plus forts et que nous autres français devons rester modestes. Sinon, à chaque fois que nous les voyons au bar, nous ne pouvons-nous empêcher de penser aux Undertones : même simplicité dans le look et l’attitude, ils sont à l’aise au pub, et même efficacité musicale. Un groupe authentique.

En première partie, il y avait un bon groupe de rock actuel, Deputies, actuel pour leurs guitares qui nous font immanquablement penser à la rumba zaïroise d’autrefois. Dans le quartier où avait lieu ce concert, c’est parfaitement approprié.

Patrick Kuriakine

Fuzz Club – Petit Bain – 13 septembre 2018

Youpi, c’est la rentrée ! Nous voici de retour dans les lieux de musique de Paris selon la nouvelle situation dans cette ville. C’est au Petit Bain, la belle péniche, que nous commençons la saison avec une soirée de dingue à la programmation exigeante.

Trois groupes sont à l’affiche de ce Fuzz Club Live : les jeunes normands de You Said Strange, les californiens barrés de The Lumerians, et le trio psyché anglais The Oscillation.

Nous sommes arrivés à l’ouverture au public et nous avons patienté jusqu’au premier groupe en écoutant des bons trucs, jusqu’à ce que la salle soit à peu près remplie. Il n’y avait pas foule et c’est dommage, car les groupes annoncés étaient de qualité. Tout d’abord les jeunots de You Said Strange : ils veulent manifestement ressembler aux anglais par leur pop psyché accessible. Ce n’est pas du tout expérimental, c’est une musique basée sur les guitares qui mènent la danse. Ils ont joué leur album à l’identique et c’est tout simplement du rock actuel. Ce qui a suivi, par contre, est plus « ouf » et pas du tout pop. The Lumérians se présentent sur scène costumés en créatures inquiétantes et avec des synthétiseurs à la place de leurs instruments respectifs. La surprise passée, nous sommes entrés dans leur musique et avons entendu quelque chose de super, bien original et très prenant. Ils obtiennent avec leurs moyens à eux le même résultat qu’un groupe de rock conventionnel, simplement avec d’autres ingrédients. Si vous cherchez l’originalité, vous serez servis. Nous sommes partis dans l’espace avec ce show futuriste complété par des projections sur écran géant. Leur batteur est impressionnant.

Changement complet avec le trio anglais The Oscillation, qui gagnent le prix de la plus mauvaise coupe de cheveux du moment. Mais musicalement c’est un vrai régal, et ils ont par moment des accents du premier Pink Floyd et des albums dansants de Gong ! Leur bassiste est remarquable, car il développe des lignes de basse hyper-efficaces qui groovent sans faire dans l’excès de technique. C’est du psychédélisme dansant, avec une voix monocorde. Ça joue vraiment et il se passe quelque chose entre ces trois musiciens qui ne payent pas de mine. Ce rock expérimental nous montre un lien inavoué entre le psychédélisme et un groupe anglais comme The Cure. Nous voulons dire par là qu’il n’y a pas de contradiction dans le climat mais plutôt une simplification des morceaux pour passer de l’un à l’autre. Donc ce n’est pas un truc de vieux hippies incurables mais cela peut être écouté par des publics supposés incompatibles. Il y a des ressemblances et ce groupe représente une passerelle entre des courants du rock qui ne se connaissent pas forcément. Comme quoi on apprend plein de choses en allant voir des artistes expérimentaux qui nous sortent de notre zone de confort. Cela valait le coup de prendre un risque et cette soirée était excellente.

Patrick Kuriakine