Franz Ferdinand – Festival Rock En seine – 25 août 2017

Puisque nous étions dans l’espace du festival avec ses différentes scènes, ses stands et ses shops, nous sommes allés rejoindre la foule qui se pressait devant la grande scène où se produisaient les incontournables de la pop.

Finalement nous nous sommes fait plaisir en allant voir le groupe de Glasgow Franz Ferdinand, qui a joué pendant une heure et demi un nouveau répertoire augmenté de titres inévitables. Il faut reconnaître que pour un groupe aussi connu, leur musique est inventive et recherchée. Il est même surprennant qu’ils aient rencontrés le succès avec une formule musicale à la fois pop et exigeante. Ce n’est pas de la musique de bourrins, leurs compositions et leurs arrangements sont un régal pour les oreilles. Ils font preuve d’un savoir-faire typiquement britannique, et leur style intègre désormais des influences funk et house qui sont très bien digérées. C’est frais, dynamique, pop au sens des Kinks et D’Xtc et pas au sens de Lady Gaga. Ils méritent sans problème de figurer en tête d’affiche d’un soir de festival.

Ils ont joué de nouveau titres comme Lazy Boy et terminé par un Take Me Out que tout le monde attendait. Ils sont la preuve de la vitalité de la Grande-Bretagne en matière de pop-rock et ont un sens inégalé de la mélodie qui fait mouche et du refrain qui tue. Certes, cela ne plaira pas au puristes mais un grand groupe est un grand groupe.

Patrick Kuriakine

The Jesus And Mary Chain –  Festival Rock En seine – 25 août 2017

Nous sommes allés au festival Rock En seine essentiellement pour voir jouer le groupe culte britannique The Jésus And Mary Chain, qui fait à nouveau parler de lui avec son nouvel album « Amputation ». Nous ne pouvions pas décemment rater ce concert.

Et bien première constatation : ce qu’ils font en live est très classique, et le son de la scène n’a pas la finesse de celui de leurs disques passés. La sono était trop forte, et on ressentait les vibrations de la basse et de la batterie comme à un concert de reggae. En fait c’est un groupe de rock, même si le chanteur termina le set en criant « I hâte Rock’n’roll and Rock’n’roll hâtes me. » Propos curieux de la part d’un honnête groupe de rock en 3 accords, qui lorgne parfois vers le garage psyché à coup de grosse fuzz. Ils ont parfois des accents du Velvet Underground. Rien de musicalement révolutionnaire ni de grande originalité. Ils ont débuté leur show par des titres de leur dernier album. Le son de guitare est gras, très saturé, et la basse joue à fort volume. Cela n’aura pas permis de convaincre le jeune public de la scène des cascades sur laquelle ils se produisaient. Ce ne fut pas un mauvais concert, mais un concert inégal, qui ne nous a fait vibrer que sur 3 morceaux. Nous nous attendions à une performance plus brillante compte-tenu de leur légende. Enfin il fallait les voir absolument, leurs passages en France sont rares et c’était la curiosité du festival.

Patrick Kuriakine