I lost my hope in paradise - mountain bike

S/t – Mountain Bike

Sorti au mois de janvier, le premier album du groupe belge Mountain Bike est une révélation. Moins extrémiste que The Oh Sees, ce groupe compose de belles chansons et n’est pas sans rappeler par moments Blur.

Mountain Bike est un quatuor belge donc, de Bruxelles pour être précis, composé de deux guitares, une basse et une batterie, et il sort avec ce « I Lost My Hopes In Paradise » son premier album sur le label Humpty Dumpty. La presse ne s’en est pas emparée et nous sommes peu nombreux à avoir remarqué ce disque que nous conseillons à tous les amateurs de rock brut et sincère, et néanmoins aimant les mélodies.

En effet, les quatre de Bruxelles nous livrent une garage-pop enregistrée à l’arrache et avec un soucis d’authenticité (fuzz d’époque et batterie en avant), avec un bonheur inégal (certains titres sont mal mixés, d’autres ont un son excellent) et des titres aguicheurs (le superbe World Land qui ouvre l’album et la ballade qui donne son titre à l’album). Nous avons tout de suite repéré cet éloge du binaire et des guitares énervées (Japanese Guitar en est le meilleur représentant) et nous le proposons à nos lecteurs avec quelque mois de retard, veuillez-nous en excuser.

La visite commence par l’énergique World Land, un potentiel standard du rock dans les playlists de DJ, qui met une claque et donne envie d’en savoir plus. Suit un beau morceau calme et légèrement psychédélique, I Lost My Hopes In Paradise. En troisième position arrive un morceau dans la même veine que le premier, Eveything But A gift, batterie tribale, fuzz vintage, guitare enlevée façon Arctic Monkeys des débuts et refrain qui déboule pour emporter l’adhésion. Puis c’est au tour du très garage Russian Roulette, qui fait presque exploser notre casque d’écoute. Just Good Friends, aux accents country, est une belle chanson interprétée seulement avec une guitare et la voix, rejoint tardivement par une basse langoureuse. Puis nous avons droit à un jerk plus conventionnel, Is That All About Money. À ce classicisme garage succède un titre aussi speed et bruyant que Metz, au titre étrange de Cigogne, qui est le plus sale de l’album. Torture débute par une basse tranchante suivie par une batterie rentre-dedans et des arpèges de guitare psyché et se poursuit par un refrain punk, avant de passer à un break fou furieux où la guitare se déchaîne. Le prix du riff qui tue pourrait être remporté par le morceau Got Power qui se déroule imperturbablement pour notre plus grand bonheur. L’exercice est périlleux et beaucoup s’y sont risqués sans atteindre un tel degré de réussite. Après ce coup de maître survient la troisième ballade, Hanging Around, où se fait voir la ressemblance avec Blur. Elle se termine sur un solo d’orgue sixties du plus bel effet. L’album se clôture par le très beau Japanese Guitar, qui est le meilleur titre de cet album qui aurait dû être disque du mois car il mérite amplement que vous vous le procuriez.

Pour un premier album, c’est une belle réussite et nos voisins belges prouvent une fois de plus qu’ils sont à la hauteur du rock international et ne font pas de la figuration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *